Geoffrey allie culture et festivité en créant l’Ôpen Bar Sablon

Il y a quelques années, nous avons déjà eu l’occasion d’inviter Geoffrey Van Hecke à l’un de nos événements pour nous présenter sa saga « Humanum ». Sous sa casquette d’écrivain, il avait réussi à faire voyager nos esprits à travers les scénarios captivant de chacun de ses tomes. Outre la personnalité festive de Geoffrey, le monde culturel a toujours eu une place importante dans sa vie. Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de plaisir qu’on le (re)découvre suite à sa création d’un bar d’un nouveau genre au cœur de notre belle capitale. Un concept alliant culture et festivité qui colle totalement à la peau de notre invité. Cet entrepreneur en herbe au parcours surprenant répond à nos questions et nous présente l’Open Bar Sablon.

Quelle était ta mini-entreprise ?
 
Il s’agissait d’I-Sleep durant la promotion mini-entreprise 2007-08 , créée au collège Saint-Michel d’Etterbeek. 
 
Quel produit aviez-vous développé lors de ton expérience de mini-entrepreneur ?
 
Notre produit était un coussin musical. Un coussin épais de qualité qui intégrait deux petits baffles reliés à l’Ipod de la personne. Une petite pochette permettait de protéger l’Ipod. Nous souhaitions un concept très original répondant en même temps à une demande fréquente chez les jeunes. Nous avions constaté que beaucoup aimaient se mettre des écouteurs dans les oreilles avant de s’endormir. Cette forme de relaxation pouvait être agréable mais était dangereuse pour les tympans. Le coussin I-Sleep répondait au même besoin mais offrait un confort supplémentaire et une protection accrue de l’ouïe. 
 
Quelles étaient tes expériences de l’année mini-entreprise ? Que retiens-tu de cette aventure ? Qu’as-tu appris ?
 
Sans aucun doute les gens que j’ai été amené à rencontrer, d’un point de vue humain ce fut une expérience fabuleuse. Il y eut notre conseiller, le staff incroyable des jeunes entreprises, mes propres partenaires ainsi que nos « concurrents » des autres écoles. Dans les faits ces personnes sont bien entendu devenues des amis plutôt que de réels concurrents. Les team buildings ainsi que les nombreuses activités organisées par le comité des jeunes entreprises ont sans aucun doute largement contribué à ces rencontres. 
D’un point de vue plus scolaire, notre mini-entreprise nous a permis d’enfin mettre en pratique nos cours d’économie et de nous offrir une expérience non-négligeable pour un marché de l’emploi qui déteste les jeunes diplômés sans expérience. Le concept mini-entreprise est très proche de la réalité et nous aide à faire face aux bons comme aux mauvais moments de la vie entrepreneuriale.  Je militerai toujours pour qu’il subsiste et se développe. 
 
Quels est ton parcours scolaire / professionnel ? Pourquoi ces choix ?
 
Après mes études secondaires au collège jésuite Saint-Michel, j’ai fait un master en gestion d’entreprise à l’ICHEC avec une spécialisation en développement durable. J’ai eu la chance de partir faire mon Erasmus à Madrid en Bac 3, une expérience exceptionnelle et qui en plus a mis sur mon CV l’espagnol, une des langues les plus parlées au monde. 
Depuis 2010 je travaillais déjà pour l’entreprise familiale, un bureau de courtage en assurances que je n’ai plus quitté depuis. En sortant de mes études, à la recherche d’un second job, j’ai été engagé au siège de Belfius dans la division Electronic Banking. Après un an et demi passé à leurs côtés, où j’ai eu l’occasion de gonfler mon expérience professionnelle et de rencontrer une team jeune et dynamique, j’ai senti que le temps était venu pour moi de m’envoler vers d’autres horizons. J’admets avoir du mal avec la hiérarchie et je tenais à devenir indépendant, quitte à ne pas gagner plus dans un premier temps. En avril 2016, l’opportunité d’ouvrir mon propre bar est arrivée… 
 
Tu as donc aujourd’hui décidé de lancer l’Open Bar Sablon. Quels ont été tes motivations ?
 
Au-delà du fait que je voulais devenir indépendant et travailler pour moi-même, je rêvais d’allier fête et culture. J’ai écrit quatre romans, un recueil de poèmes et deux pièces de théâtre … et j’aime faire la fête ! Ce bar culturel était un projet fait sur mesure pour moi. La flexibilité des horaires me permet également de m’adonner davantage à mon autre passion, la politique. Je suis président des Jeunes MR à Berchem-Sainte-Agathe et administrateur de la bibliothèque municipale. 
 
Quel est le concept de l’Ôpen Bar Sablon ? Que pouvons-nous y retrouver ?
 
L’Ôpen Bar Sablon est un bar culturel la semaine, festif le week-end, un concept beaucoup plus rare en Belgique qu’en France. Son emplacement géographique n’est pas un hasard, le Sablon est un quartier huppé où se rendent notamment de nombreux artistes, parfait pour le type d’activité que nous cherchons à développer. Nous sommes dans un premier temps partis du concept du café-théâtre, c’est-à-dire un lieu convivial où la possibilité de rencontrer et de voir des artistes de haut niveau est plus aisée. Nous avons par exemple et entre autres reçus Candido Capilla, un des mariachis mexicains les plus en vogue du moment, Oliver Lord, un chanteur belge qui a réalisé plusieurs tournées internationales (Brésil, Israël, …) et les Priester Sisters, un groupe slovaque de swing reconnu au plus haut niveau.  Mais avec une différence importante. L’Ôpen Bar Sablon se distingue par son style épuré (le café-théâtre traditionnel est en général plus classique et se limite à une activité purement culturelle). Nous voulions en faire un lieu moderne, « tape à l’oeil » et unique en son genre. 
L’autre atout majeur de l’Open Bar Sablon est le système de forfaits qui permet de pratiquer des prix cassés. Pour 20eur, vous avez droit à quatre verres d’alcool. Introuvable à Bruxelles ! Particulièrement lorsque vous vous déplacez dans les quartiers riches de la capitale. 
Vous pouvez retrouver nos informations ainsi que les agendas de chaque semaine sur notre page Facebook Ôpen Bar Sablon
 
Quels sont tes projets pour l’avenir ?
 
Ils sont nombreux. Je suis en train d’écrire un nouveau roman mêlant science, espionnage et biographie intitulé – 196°. J’espère le terminer pour 2017. Nous souhaitons poursuivre le développement du bar et à moyen-terme ouvrir une chaîne de bars culturels. Je serai également sur les listes aux prochaines élections communales dans l’espoir de me faire élire. 
 
Découvrez sans plus attendre l’Ôpen Bar Sablon qui est situé rue Sainte-Anne 38 à 1000 Bruxelles.
 
Article écrit par Alexandre Prost